Description du processus adopté pour la diffusion

Par rapport à la conservation, le processus adopté pour la diffusion est plus simple car il n’y  pas de précautions particulières à prendre pour « tenir le temps » ; la diffusion s’adresse aussi à des amateurs moins spécialisés, ce qui ne veut pas dire qu’ils ne recherchent pas des poissons de qualité.  

993capture

Comme vous avez tout compris sur la conservation, on ne va faire que quelques commentaires sur le tableau 3 qui ressemble étrangement au tableau 1 que nous avons vu ci-dessus, avec des étapes classiques :

Etape 1 : on rassemble plusieurs groupes pour constituer les souches (minimum 3 mais 4 est mieux) d’une trentaine de jeunes (pas obligatoirement sexés) d’un même lieu de pêche . Par priorité, nous préférons retenir des jeunes F1 plutôt que des sauvages et mettre en place des groupes présentant   le moins de consanguinité possible  provenant de F0 visibles et de sources différentes. Ces groupes sont installés dans 4 bacs différents A, B, et C

Etape 2 : après grossissement (éventuel) et sexage, chaque groupe est ventilé en males et femelles (c'est-à-dire qu’on utilise directement la souche) ; on peut alors constituer 4  groupes de F1 reproducteurs mais qui sont tous frères et sœurs. Lors de cette étape, on peut maintenir temporairement un groupe afin qu’il reproduise, mais c’est un peu dommage de proposer des F2 éventuellement consanguins alors qu’il est possible de l’éviter sans difficultés.

Etape 3 : on constitue des groupes de diffusion selon la procédure exposée ci-dessus pour les groupe de conservation ;(males de A avec femelles de B, etc. ; nous pensons qu’une des meilleures configurations est de constituer (si cela est possible) des groupes assez importants (20 individus), avec peu de males (4-5), de telle sorte que la maintenance soit la moins risquée et que  la reproduction soit « bonne ». Les bacs et leur décoration sont fonction des préférences de chaque amateur, mais un bac de 450 L avec 1.50 m de façade et très peu de pierres permet une bonne maintenance  et une collecte facile des jeunes.

Etape 4 : Chaque groupe de diffusion ayant reproduit (on fait cracher les femelles), on obtient des alvins F2 qu’il est possible de proposer aux amateurs comme suit :

-soit filière par filière,

-soit en fusionnant, par exemple, deux filières. (mais il faut toujours laisser la possibilité à un amateur de pouvoir rafraichir son groupe s’il le souhaite),

On peut aussi constituer un »pool » de plusieurs dizaines d’alvins en provenance des 4 filières afin d’assurer un certain brassage génétique, cette offre devant  être commentée aux amateurs car elle peut restreindre leurs choix ultérieurs(en effet, nous pensons que les amateurs ont des centres d’intérêt très différents, par exemple  pour la reproduction, les croisements, etc. Dans certains cas, un lot de jeunes poissons issus de parents multiples peut très bien convenir surtout si les prix sont accessibles).

 Enfin,  les membres les plus expérimentés et disposant de la place nécessaire pourront aller plus loin en faisant grossir les jeunes obtenus en phase 4 afin de proposer aux amateurs des groupes dont le sexe ratio est plus maitrisé.

Le nombre de jeunes obtenus avec ce genre de processus peut être modulé selon la demande des amateurs en laissant les femelles lâcher leurs jeunes de temps en temps. Cette organisation peut vivre pendant plusieurs années, plus de 6 ans si les F1 sont très jeunes ; ensuite, on peut poursuivre avec de nouvelles souches ou arrêter, pour passer à une variété plus demandée