Conserver une diversité génétique acceptable

 

Zone de Texte: diversité génétique
Dans une population, la fréquence des allèles peut évoluer de façon aléatoire. Cette modification est appelée dérive génétique. On peut définir la dérive génétique comme étant l’évolution au sein d’une population ou d’une espèce de la fréquence des allèles. Cette évolution des populations se fait sous l’effet du hasard.


Les programmes de conservation utilisent généralement des populations très petites  ce qui conduit à une moindre fréquence  des allèles (encart) ; il s’en suit deux problèmes qui constituent les difficultés de tout projet de ce type, y compris pour la diffusion : la perte de diversité génétique et la consanguinité (voir page suivante ).

688capture

Il est clair que notre programme faisant intervenir un nombre limité de sujets, la diversité génétique (encart) des jeunes ne sera pas comparable à celle observée pour les Tropheus vivants sur le  lieu de pêche. Toutefois, le Tropheus étant  vieux de plus de 2 millions d’années,  il est probable que la spéciation déjà très ancienne  a réduit la diversité des individus d’un même lieu de pêche , sauf pour les variétés qui seraient encore en évolution importante comme, dit on,  T  Ilangi.

689capture

Afin de diminuer la perte de diversité génétique (encart), le programme utilise, lorsque cela est possible, des souches composées de groupes (ou des couples issus de groupes importants). Sur les deux volets (conservation et diffusion), les jeunes sont proches de la souche F0. Les croisements ne sont pas effectués à partir d’une sélection sur des critères choisis. Néanmoins, nous verrons que nos processus de reproduction ne reprennent pas certaines recommandations de Langton (tirage au sort)..

690capture

Par ailleurs, nous espérons qu’il sera possible d’utiliser un minimum de sang neuf de temps en temps bien que cela s’annonce difficile.