02/01/G La captivité heurte fortement les besoins naturels du poisson ...

Mise à jour le 25 09 2017     Projet en cours de validation

 

 

Si vous êtes pressés :
- Les Tropheus ont été importés pour la premiere fois dans les années 1950; à cette époque, les besoins de ces poissons et leur comportement en milieu natuerl étaient mal connus. Apres de nombreux tatonnements et echecs, une image des Tropheus s'est constituée : un poisson difficile..

- en réalité, Les Tropheus ont des besoins très précis que la captivité peine à satisfaire, en particulier l'espace, la nourriture, la grande stabilité du milieu

- cette maintenance en captivité developpe l'agressivité défensive  naturelle des Tropheus

- elle amplifie la sensibilité des Tropheus aux maladies, notamment en maitrisant mal les differents facteurs d'instabilité (changment de bac, fluctuation des parametres, etc) et lers répercussions sur le transit intestina.

- Nous avons largement progressé dans la maitrise de ces difficultés mais elles débouche sur une question tres discutée : faut il faire de son bac un "petit lac" ou, au contraire, un espace où les captifs seront le plus confortables possible ?

Avec ce débat, et AVANT que vous preniez votre décision, nous aimerions vous proposer quelques elements de reflexion.

 

La cichlidés du lac Tanganyika ont été étudiée pour la premiere fois dans les années 1890 et les premiers Tropheus on été importés dans les années 1950 . A cette époque de découverte, les cichlides etaient encore peu connus et les  besoins respectifs des differentes familles de cichlides n’avaient pas été étudiés. Il s’en ai suivi une periode de confusion et de tatonnement pendant laquelle on a souvent procedé par assimilation entre les differents genres, notamment sur la nourriture,la reproduction et le comportement qui  ont forgé une premiere image de certaines especes. Apres plusieurs années, les amateurs ont approfondi les prataiques de maintenance sans toujours effacer les premieres impressions : c’est ainsi que les Tropheus se sont forgés une solide réputation de poissons à la beauté fascinnante et diverse, mais aussi au caractere detestable et à la grande difficulté.

Les Tropheus ont des besoins très précis que la captivité peine à satisfaire :

-Poissons grégaire et territoriaux, Ils ont besoin d’espace et la limitation de leur territoire en captivité développe encore leur agressivité défensive naturelle

-Leur régime alimentaire naturel, surtout constitué d’algues, et leur particularité intestinale ne sont pas compatibles avec une maintenance en bac (sauf exception partielle que nous verrons avec un éclairage fort) et obligent à utiliser une alimentation souvent industrielle et de grande qualité ; par ailleurs, les Tropheus sont, en captivité, de vériatbles « goinfres », ce qui peut engendrer des problemes suite esces de nourriture ou nourriture inadaptée. Enfin, la captivité montre que les Tropheus sont opportunistes au points d’aborber meme…de petits poissons (leurs bb par exemple)

-Dans leur milieu naturel, les Tropheus évoluent dans une eau dont les paramètres sont très particuliers et relativement stables : pour les maintenir, sauf à « reconstituer » votre eau,  vous devez disposer d’eau de conduite  dure, qu'il faudra sans doute reminéraliser et fortement oxygéner; la qualité de l'eau du bac doit faire l'objet d'une l’attention  constante et régulière (changement d'eau tres réguliers); l'eau du bac devra se rapprocher des valeurs suivantes  : pH : 8.5, TAC 30 °f et conductivité de l'odre de 600 µS/cm

-Enfin, et nous reverrons ce point tout au long de notre débat, la maintenance des Tropheus se heurte très souvent à leur propension à attraper des maladies, encore trop souvent mortelles. Cet aspect est sans doute à rapprocher de la grande stabilité de l’environnement naturel des Tropheus dont l’atavisme est encore très présent et des variations inéluctables provoquées par une captivité dans un lieu réduit (dont les changements de bacs). C’est la première difficulté des Tropheus, un trait un peu noir de leur réputation sur lequel nous avons largement progressé car on observe de plus en plus souvent des bacs sans pb  sur la durée.

 

En fait, la maintenance  repose sur une question fort discutée : indépendamment des gouts du propriétaire, doit on faire un « petit lac »  ? Nous reviendrons sur cette question mais on peut d'ores et déja constater que le manque d'espace est un véritable probleme pour la maintenance des Tropheus;  en convient il pas, alors, de rechercher le "confort" des poissonsmeme si cela le bac ne ressemble pas à un petit lac ?