La conservation, un enjeu vital pour l’homme

Face à cette évolution, la conservation vise à protéger les espèces naturelles, à sauver celles qui sont menacées et à bien les distinguer des espèces créées par l’homme. En fait, la conservation est un véritable hymne au naturel et vise à contrebalancer les effets néfastes des activités humaines sur le vivant : elle agit comme une sorte de contre pouvoir et souligne le rôle de la biodiversité dans le fonctionnement des écosystèmes.

"Chaque espèce a sa place dans l’écosystème, et va jouer un rôle dans le maintien des écosystèmes. Plus un écosystème contiendra d’espèces, plus il sera diversifié. Et par conséquent, plus il sera apte à supporter la disparition d’espèces du fait de l’impact anthropique.
Les espèces interagissent à plusieurs niveaux au sein de l’écosystème, l’exemple qui vient le plus souvent à l’esprit est celui de la chaîne alimentaire (producteurs primaires, consommateurs primaires, consommateurs secondaires et décomposeurs) mais il en existe d’autres : les relations de prédation, les relations de parasitisme,…"(source :..)

L’équilibre des écosystèmes est intimement lié à la diversité des espèces ; en le remettant en cause, l’homme, maillon de cette chaine, remet en cause sa propre évolution. Ce danger est d’autant plus important que les évolutions sont graduelles, lentes et que les effets se font sentir à retardement : il apparait alors une situation qu’il n’est plus possible de redresser, ou alors avec des efforts considérables. Perdre une espèce de poisson peut ne pas apparaitre comme un drame. Mais lorsque le biotope est intégralement en situation de quasi mort, alors la chaine est rompue, y compris pour les hommes qui utilisaient ces espèces ; de la même façon, "fabriquer" une espèce artificielle peut servir à mieux satisfaire des besoins humains ; mais cette espèce, créée avec des objectifs de rentabilité, peut avoir des conséquences sur  l’homme ou son evironnement en fragilisant le capital génétique. (huitres ?)